Archive | mai 2012

Vie privée et réseaux sociaux

arrangements,Internet,ordinateurs,personnes,protection des données personnelles sur Internet,surveillance,technologie,vie privée,World Wide Web

Sur le Web, plusieurs sites ont un modèle d’affaires basé sur les données et les traces de navigation des internautes, afin de capter leurs intérêts et de leur offrir de la publicité ciblée. Par exemple, Facebook génère des milliers de dollars avec ce type de publicité.

Par contre, les internautes revendiquent de plus en plus cette pratique, affirmant que cela met au détriment leur vie privée. Dernièrement, Facebook s’est fait poursuivre pour 15 milliards de dollars pour atteinte à la vie privée. D’autres n’attendent pas que cette situation se produise et adhèrent à l’initiative « Do not track ». C’est d’ailleurs ce qu’a fait Twitter récemment (lire l’article Twitter rejoint l’initiative Do not track).

Petit rappel : l’utilisation des données existait bien avant l’apparition des réseaux sociaux. C’est seulement un moyen de plus de les obtenir. Que ce soit sur les réseaux sociaux ou ailleurs (par exemple le moteur de recherche Google), ça reste la même chose… Personnellement, je suis gênée par le fait de me faire épier et je crois que les internautes devraient avoir le droit à la confidentialité. Mais d’un autre côté, si on m’offre de la publicité, je préfère en avoir qui m’intéresse au lieu d’une publicité qui va dans tous les sens et qui n’a aucun intérêt pour moi.

Bien gérer sa e-réputation et savoir en tirer profit

Les exemples de scandales dans les réseaux sociaux et les atteintes à la réputation sur le Web (e-réputation) d’entreprises, petites et grandes, foisonnent. Récemment, il y a eu l’affaire Oasis qui a beaucoup fait jaser.

échecs,hommes,hommes d'affaires,jeux,joueurs d'échecs,masculins,métaphores,métaphores commerciales,personnes,pièces d'échecs,stratégies,stratégies commercialesSelon l’article « Une réputation qui vaut de l’or: le trésor ignoré », publié le 20 avril dernier dans La Presse, beaucoup d’entreprises n’ont aucune stratégie ou approche dans les réseaux sociaux, que ce soit à moyen terme ou à long terme. Pire, certaines ne réalisent pas l’importance ni l’utilité de la e-réputation.

Trop souvent, les dirigeants ne pensent qu’à ce que ça rapportera comme chiffres à court terme : « que vaut-il mieux pour une compagnie : se demander ce que ça rapporte d‘investir dans une communication transparente et proactive ou bien estimer le coût de ne rien faire et de l‘impact de ce qui arrivera… » De plus, la plupart des grandes entreprises ont des systèmes de gestion de crise pour leurs médias traditionnels, mais aucuns pour les nouveaux médias.

Je pense que les entreprises doivent réaliser que leur présence active dans les réseaux sociaux est vitale. Pour savoir ce qu’on dit sur elles, pour effectuer de la veille sur leurs concurrents, mais, surtout, pour garder le contrôle sur leur image et leur e-réputation.

Les médias sociaux offrent aux consommateurs un véritable canal d’information, un droit de parole. Pour l’entreprise, c’est aussi une occasion à saisir. Ma seule crainte? Que des entreprises infiltrent les discussions, se faisant passer pour de « faux clients », afin de manipuler l’information en leur faveur.

Et c’est parti!

émoticônes,émotions,salutations,bonjours,émoticône,visage souriant,visages souriants,smileys,souriant,sourires,heureux,content,satisfait,satisfaction,contentement,bulles de dialogue,symboles,signe,faire signeBienvenue sur ce blogue, spécialement créé dans le contexte du cours e-Communication marketing. C’est un retour aux études pour moi, travaillant depuis quelques années dans le secteur de l’édition et des communications. J’ai très hâte d’écrire des articles et de lire vos commentaires. Alors, au plaisir de faire votre connaissance! Et de vous lire… Bonne session!