Vie privée et réseaux sociaux

arrangements,Internet,ordinateurs,personnes,protection des données personnelles sur Internet,surveillance,technologie,vie privée,World Wide Web

Sur le Web, plusieurs sites ont un modèle d’affaires basé sur les données et les traces de navigation des internautes, afin de capter leurs intérêts et de leur offrir de la publicité ciblée. Par exemple, Facebook génère des milliers de dollars avec ce type de publicité.

Par contre, les internautes revendiquent de plus en plus cette pratique, affirmant que cela met au détriment leur vie privée. Dernièrement, Facebook s’est fait poursuivre pour 15 milliards de dollars pour atteinte à la vie privée. D’autres n’attendent pas que cette situation se produise et adhèrent à l’initiative « Do not track ». C’est d’ailleurs ce qu’a fait Twitter récemment (lire l’article Twitter rejoint l’initiative Do not track).

Petit rappel : l’utilisation des données existait bien avant l’apparition des réseaux sociaux. C’est seulement un moyen de plus de les obtenir. Que ce soit sur les réseaux sociaux ou ailleurs (par exemple le moteur de recherche Google), ça reste la même chose… Personnellement, je suis gênée par le fait de me faire épier et je crois que les internautes devraient avoir le droit à la confidentialité. Mais d’un autre côté, si on m’offre de la publicité, je préfère en avoir qui m’intéresse au lieu d’une publicité qui va dans tous les sens et qui n’a aucun intérêt pour moi.

Publicités

Étiquettes :

2 responses to “Vie privée et réseaux sociaux”

  1. andreannegagne says :

    Bonjour Catherine,

    Je ne sais pas si tu savais qu’une situation concernant Facebook et la vie privée est à surveiller présentement en Irlande et pourra avoir un effet important si les faits sont avérés. Le commissaire irlandais de protection des données (IDC) a reçu le 18 août dernier, une liste de plaintes formelles contre Facebook Ireland. Max Schrems, un jeune homme de 24 ans, étudiant le droit dans la ville de Vienne, c’est intéressé principalement aux aspects de légalité et de respect de la vie privée des informations détenu par Facebook. Il a déposé vingt-deux plaintes contre le géant des réseaux sociaux à l’aide du support d’un groupe d’individus. N’étant pas d’origine irlandaise, il a toutefois décidé de déposer son document auprès de ces autorités, car un siège social important de Facebook se retrouve dans cette région. Le plus gros réseau social du monde risque d’être condamné à une amende pouvant aller jusqu’à 137 000 dollars américains.

    Après avoir assisté à une conférence traitant de Facebook lors d’un échange réalisé aux États-Unis, l’étudiant a décidé de faire une demande d’accès à ses informations personnelles. Suite à cette demande et à sa grande surprise, il n’a pas reçu un simple document de ses dernières actions réalisées sur le site, mais plutôt un DVD et plus de 1 200 pages en PDF présentant les différentes informations que Facebook détenait sur lui. Il a pu analyser trois ans de sa vie sur le réseau social dans 57 catégories différentes. Par exemple, il a pu avoir accès à un historique d’informations personnelles, du matériel qu’il avait supprimé depuis longtemps, des demandes d’amis qu’il a effectuées et reçues et même revoir la liste d’anciens «amis» qu’il avait supprimés de ses contacts. Suite à l’analyse de toutes ces données, il accuse le réseau social d’agir dans l’illégalité en conservant des informations après qu’elles aient été supprimées par les utilisateurs et de créer sans leur consentement des profils d’individu non inscrits sur le réseau.

    Le jeune homme a aussi créé un site Internet nommé «Europe versus Facebook» sur lequel il explique énormément de contenu en ce qui concerne toutes les informations que le réseau détient sur ces utilisateurs. Avec ce site, Max Schrems souhaite convaincre les gens du manque de transparence de ce géant du web. Selon lui, il est pratiquement impossible pour les utilisateurs de réellement comprendre ce qui arrive aux différentes bases de données des informations personnelles qu’ils fournissent. Le réseau possède des politiques de confidentialités par contre, en les regardant plus attentivement certaines contradictions en ressortent et les utilisateurs peuvent en venir à éprouver certaines difficultés à mesurer les conséquences de l’utilisation du site.

    L’étudiant reproche au réseau social de conserver les «pokes» après que ces derniers aient été supprimés, de collecter de l’information sur les individus sans que ces derniers soient utilisateurs du site et de permettre l’identification des membres sans leur réel consentement. Le réseau social collecterait de l’information avec les téléphones intelligents sans l’accord des individus. Les statuts, les messages, les identifications, les «amis» ainsi que les photos que les gens ont supprimées sont conservés par l’entreprise dans des bases de données ce qu’il trouve inacceptable au sens de la loi. L’étudiant souligne que les politiques de confidentialité de Facebook sont vagues et parfois même contradictoires. La fonction «J’aime» permet à Facebook de suivre les usagers partout sur le web. Le réseau social serait en possession d’une trop grande quantité d’information. Bien que Facebook se défend en mentionnant la mise à jour constante de leurs politiques de confidentialité, ceci peut aussi avoir des effets négatifs pour les utilisateurs, car ils ne sont pas toujours complètement informés des changements et modifications du site.

    Cette situation en Irlande est plus qu’intéressante et m’a fait prendre conscience des énormes lacunes du site. Comme la plupart des utilisateurs quotidiens «normaux» du réseau social Facebook, je savais que l’organisation détenait beaucoup d’information à mon sujet. Par contre, je ne savais pas qu’elle en conservait une telle quantité. Après avoir réalisé toutes les informations que cet empire récolte sur chacun de nous, je crois que je m’interroge sur l’aspect «éthique et moral» de la chose. Je suis d’avis que Facebook conserve probablement beaucoup trop d’information à mon sujet d’un point de vue moral par contre, je ne cesserais pas mes activités pour autant. Je crois que les utilisateurs devront modifier leur comportement d’utilisation maintenant que nous prenons de plus en plus conscience des conséquences reliées à l’utilisation d’un site du genre.

    Andréanne Gagné

    Référence:
    Scherms. 2011. « Europe versus Facebook» En ligne. http://europe-v-facebook.org/EN/Complaints/complaints.html. Consulté le 21 mai 2012.

  2. machiavel06 says :

    Mercredi soir, 23 mai
    Bonsoir Catherine !

    Vie privée et marketing direct, un sujet pas simple !

    La question de l’atteinte à la vie privée par les leaders mondiaux comme Facebook est certes préoccupante et d’autant plus en ce qui a trait aux publics plus vulnérables que sont les adolescents. Je commence par t’inviter à visiter le blog que j’ai lancé (dans le cadre de ce cours) à l’attention première des parents, mais aussi des gens d’affaires, pour réfléchir sur les impacts auprès de nos jeunes consommateurs.

    Il faut dire que le sujet m’était un peu imposé étant donné l’importance que prend les I-Pod et Facebook dans la vie de ma fille de 12 ans. Ce qui m’a réveillé récemment, c’est entre autres le fait qu’elle m’ait avoué avoir triché sur son age pour s’abonner à FB, alors que cette compagnie est menacée de poursuite aux Etats-Unis si elle accepte des membres de moins de 13 ans.
    Les enfants, comme les autres publics plus vulnérables (les joueurs chroniques, les personnes malades, etc.), sont toutefois des cas à part quand on parle des effets globaux de la publicité internet.

    Je partage ton sentiment partagé quant aux bienfaits du marketing direct qui parvient à profiler les consommateurs avec l’aide de nouvelles technologies (apparemment le AdNetworks de Google et le Social Ads de Facebook..). Un tel ciblage permet certes aux annonceurs de diffuser leur publicité avec précision mais cela permet tout autant aux internautes de ne pas être innondés d’une pub at large. On peut après tout être bien servi par ce genre de service comme consommateur.

    Cependant je sens qu’il faut demeurer vigilant quant aux excès en matière d’intrusion dans la vie privée ou d’échange de renseignements personnels. A cet effet, j’ai été frappé d’apprendre dernièrement (sans connaître les détails et l’ampleur…) que Gmail de Google en arrive à inclure des pubs en rapport avec le contenu des courriels personnels. Un peu inquiétant, non ?

    Je suis anxieux de discuter de ce sujet qui doit incidemment être couvert dans la ‘capsule 18’ de notre cours, sur l’éthique. J’espère que nous pourrons notamment comparer les taux de tolérance entre les pays. J ai été personnellement étonné de constater, durant mon dernier mandat à Tokyo (2006-2009), à quel point les japonais sont sensibles à la protection de la vie privée, dans un pays qui pourtant pas tant à s’inquiéter si on se base sur leur taux remarquablement bas de criminalité. J’ai aussi lu certains analystes qui avancent que les québécois sont pour leur part moins conscients des dangers reliés à l’intrusion de la vie privée. Cela prouve peut-être que ce problème est très culturel et, en fait, plus complexe qu’en apparence.

    Cette question est également complexe puisque nous sommes à la fois des consommateurs, des parents, et des professionnels dans le domaine des affaires sinon du marketing en tant que tel. A cet égard, j’ai constaté que l’association professionnelle au Québec (l’AMRQ , ‘association du marketing direct’, regroupant apparemment 500 membres actifs), qui se donne pour mission de ‘bâtir une relation à long terme avec le consommateur’, est très consciente de la problématique reliée à la menace d’intrusion dans la vie privée. A bien réfléchir, il n’est pas surprenant que cette profession, pour laquelle plusieurs de nos collègues aspirent à faire carrière, comporte sa large part de réflexion éthique.

    J arrête ici, je dois aller avertir ma fille de lâcher ses amis sur I-Pod !

    Daniel Dignard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :